Monuments :
Antiquité
Moyen âge
XVI-XVIIIe siècle
Recherche d'un site :


Un monument au hasard :
Largoët-en-Elven

Modélisme et
impression 3d :
Richesheures
et moi :
Lettre d'information
Abonnement
Diaporamas
Acteurs du patrimoine
Livres anciens

Riches Heures sur les réseaux sociaux :
Partager cette page :

Le fil des nouveautés :




Le Livre du mois - octobre 2008


Chaque mois, Richesheures.net vous propose une sélection d'ouvrages à consommer sans modération. Livres récents ou valeurs sûres, travaux pertinents ou références indispensables, tous sont liés à l'histoire ou au patrimoine français.


Charles VII, Georges Minois, Paris, Perrin, 2005.

L'Ouvrage : " Le jeune Charles de Valois a tout connu : un père fou, Charles VI ; une mère réputée traîtresse, Isabeau de Bavière ; l'exil, de Paris à Bourges ; le crime, avec l'assassinat du duc de Bourgogne Jean sans Peur ; les désastres militaires. Il lui fallut sept terribles années, 1422-1429, pour recevoir la légitimité du sacre et il eut encore la contrariété, à la fin de son long règne, d'avoir son fils et héritier Louis XI comme principal adversaire.
De plus, ce sont d'autres qui en son temps captent la lumière, et lui font de l'ombre encore aujourd'hui : Jeanne d'Arc, naturellement, pour laquelle l'auteur ne nourrit guère d'admiration. Dunois, Gilles de Rais, Jacques Cœur… Pourtant, ce roi mal connu et peu populaire mérite d'être revisité. Son entêtement, sa lucidité, sa culture aussi, l'ont conduit à construire patiemment un nouveau type de royauté, et à poser les bases d'un Etat moderne. A sa mort en 1461, les Anglais ont évacué la totalité du royaume, sauf Calais, le duc de Bourgogne s'est soumis, les grands féodaux, comme le duc d'Alençon et le comte d'Armagnac, on été liquidés, la France est redevenue la première puissance du monde.
Dans une société où la superstition, la folie et le crime sont à l'œuvre comme rarement, où la vieille chevalerie s'achève en extravagances, le roi Charles garde la tête froide. Son esprit inquiet, son cœur malheureux, en dépit de ses douze enfants nés d'avec Marie d'Anjou, trouvent le réconfort et le plaisir dans la jeunesse aimante d'Agnès Sorel, la Dame de Beauté, première maîtresse royale officielle de l'histoire de France. "

L'avis des Riches heures : en matière de biographies, la tendance actuelle est largement à la réhabilitation des figures historiques les plus contestées, avec en toile de fond des objectifs plus commerciaux que scientifiques, souvent inspirés par des dates anniversaires ou des commémorations ponctuelles. Cela a pour principal effet de jeter sur le marché des " travaux " opportunistes empreints de partialité, d'émotivité, constellés de digressions sentimentales et d'analyses anachroniques. Ce bel ouvrage de Georges Minois en revanche, s'attache aux pas d'un roi oublié et malmené par la tradition historiographique, malgré un bilan de règne plus que positif. Les grands personnages se décèlent pourtant plus sûrement dans les résultats obtenus, que dans l'agitation ostensible sous les feux de la rampe. C'est là sans doute la vraie revanche des austères besogneux sur les frivoles flamboyants : les faits demeurent tenaces. Nous tenons ici une efficace réhabilitation comme il en paraît parfois, sans manipulation ni récupération. Une réussite !




précédente - suivante